ELLE A MIS SA BOUCHE CONTRE LA MIENNE, III; @TUPCM_,

LEVOLCAN

 

EPN TRAÎTOR À LA PATRIE

PCM

  LE VOLCAN
       AILLEURS, LABUINCHU HATI.  

.:

   ELLE A MIS SA BOUCHE CONTRE LA MIENNE, III

:.

       Marie Cardona est la femme qui apparaître aprés d,un journée fatigué de Meursalt, le personage central du livre; dans l,eau il se réalise de que elle est une ancienne dactylo de sa bureau, mais l,idée principal será quand il l,a aidée à monter sur une bouée et justement a ce moment il a efleuré les seins de la dactylo.

       Mais c,est pas tout, cette action de monter le bouée a causé que Meursalt mettre sa tête sur le ventre d,elle, et ici, on peu lire, J,avais tout le ciel dans les yeux et il etait bleu et doré; donc, cette introduction d,un personage est dans un figure erotique très sympatique, un acte sexual sans parler du sexe et entre l,eau come symbolisme casuel que plus tard en outre chapitre, encore l,eau forme sa image sensuelle de les deux.

       Et ici nous commencons cette jeu d,erotisme littéraire du Albert Camus, déjà en un seule image ou dans ce qui suit, quand Marie lui dit d,un jeu sur un plage près d,Alger que est boire l,eau en nageant est acumuler dans la bouche toute l,écume y aprés le projeter contre le ciel, comme ca, tout paraître semble normal, cependant, Au bout de quelque temp, j,avais la bouche brûlée par l,amertume du sel, Marie m,a rejoint alors et s,est collée à moi dans l,eau, elle a mis sa bouche contre a mienne, sa langue rafraîchissait mes lèvres et nous nous sommes roulés dans les vagues pendant un moment.

       Le même style ensuite, avec une serie de situations, Marie me regardait avec des yeux brillants, je l,ai embrassée, aprés, nous avons été pressés d,aller chez moi, j,avais laissé ma fenêtre ouverte et c,était bon de sentir la nuit d,été couler sur nos corps bruns; sentir la nuit d,été sur nos corps bruns, sur mon lit ou la nuit entrée par la fenêtre.

       Ce qui précede est une double image, au début, des yeux brillants, et pour finir, la nuit d,été, mais no une nuit singulaire, mais une sur les corps bruns, en mots de Gaston Bachelard ca serai, la poétique de l,espace, et au même temp, La poétique de la reverie, donc, une double idée, les yeux avec le soleil et la lit avec la nuit, cependant, les yeux sont plus brillants que le soleil et la oscurité de la nuit permet imaginer les corps bruns.

       Au matin, la typique histoire de Maursalt avec Raymond ou le vieux Salamano, Salaud, charogne, mais ka reverie continue, Elle avait un de mes pyjamas, quand elle a ri, j,ai eu encore envie d,elle, ella a ri par la histoire du vieux et son chian; aprés elle lui a demandé si il l,aimais, pour la response, Ella a eu l,air triste. 

       .:.

PARTI AVANT, 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s